Menu

Kharbga - jeu de pouvoir

création

Avec Khargba, le couple de chorégraphes franchit une nouvelle étape nourrie de leurs allers- retours entre la France et la Tunisie

kharbga est un jeu ancestral très populaire en Afrique du Nord, un jeu de stratégie qui se joue au sol, sur la terre, où chacun fait briller son intelligence, sa virtuosité à anticiper, à interpréter l’autre. Concurrence, rivalité, performance : autant de notions que les chorégraphes envisagent d’explorer avec six interprètes. Il est ici question de lutte, de jeu et de pouvoir. Les résonances avec la Tunisie et les bouleversements du monde Arabe sont nombreuses, même si cette pièce n’a aucune vocation politique. Il n’empêche : impossible de créer aujourd’hui comme si la Révolution n’avait pas eu lieu.

Le sol jonché de pierres est mouvant, grinçant, dif cile à appréhender et à apprivoiser. Des amas de pierre forment aussi ça et là des obstacles à franchir, des îlots, ou pourquoi pas encore des sépultures. Un sol instable comme une métaphore du monde dans lequel nous vivons et ses enjeux stratégiques ? Des règles qui régissent notre société ? La danse et la musique œuvrent de concert à une montée en puissance salvatrice. Seuls, en duos puis en groupes, les six joueurs tracent leur propre chemin, écrivent leur destin, leur «maktoub». L’un des six évolue à part, dans un autre monde qui tantôt lui résiste tantôt le protège : un comédien à qui la cécité confère une présence singulière, une écoute, une attention aux autres et à l’espace toute particulière.

distribution

Conception, chorégraphie : Aïcha M’barek & Hafiz Dhaou

Scénographie : Aïcha M’barek & Hafiz Dhaou

Interprètes : Johanna Mandonnet, Stéphanie Pignon, Rolando Rocha, Amala Dianor, Kaïs Chouibi, Melchior Derouet

Stagiaire assistant en chorégraphie (formation erasmus) : Juan Carlo Castillo Cruz

Création lumières : Xavier Lazarini

Création musique : Eric Aldea, Ivan Chiossone, Hafiz Dhaou

Maktoub ya maktoub : paroles Abdelrazak Karabaka, composition Hédi Jouini (1965), interprétée en 2001 par Sonia M’barek pour le Wakan théâtre (direction artistique Dominique Touzé)

Régie son : Christophe Zurfluh

Régie lumières : Stéphane Rouaud

Photographe : Jef Rabillon

Durée : 60 minutes

production / coproduction

Production : Cie Chatha

Coproduction : Maison de la Danse, Lyon / CDC-Centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées / La Rampe-La Ponatière, Échirolles / Bonlieu, scène nationale, Annecy / Centre Chorégraphique National-Ballet de Lorraine, Nancy / Centre Chorégraphique National Caen/Basse-Normandie / Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

Accueil studio : Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne/Cie Käfig

Soutiens : ModulDance/Union Européenne-programme «culture», Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Rhône-Alpes, FIACRE-Région Rhône-Alpes, Ambassade de France en Tunisie-Institut français de coopération de Tunis, Rencontres Chorégraphiques de Carthage / Espace Ness El Fenn

Prêt de studio : Centre chorégraphik Pôle Pik, Bron
Elle est en résidence au Toboggan/Décines depuis septembre 2009.