Menu

Sacré printemps !

Pièce pour 7 danseurs

création

Depuis nos premières créations nous avons élaboré une grammaire spécifique afin de déjouer les embûches, l’autorité, la censure, nous avons frôlé tout de même l’autocensure. Ce langage inventé est dans cette nouvelle création revisité.
Revisité avant tout par des corps qui sont mis en situation d’urgence, contraints par les enjeux du corps dans la société, qui repoussent pour gagner de l’espace.

Nous avons souhaité que ces corps soient guidés par la partition musicale. Que de cette musique, la danse puisse prendre corps, et qu’avec cette énergie commune des corps et du rythme nous puissions nous affranchir des codes, des cadres imposés pour en restituer la synergie.

Nous avons voulu que cette nouvelle partition soit à l’image de la Tunisie actuelle et de la société civile qui se mobilise, s’indigne. De celle qui cherche à écrire sa nouvelle constitution, celle qui cherche à réunir, à rassembler et à accorder toutes les sensibilités de sa population et de son histoire, malgré les tonalités, les nuances différentes.

Nous avons invité pour la création de la bande originale de notre pièce Ivan Chiossone et Eric Aldéa, nos collaborateurs fidèles depuis 10 ans et Sonia M’Barek, fameuse compositrice et interprète Tunisienne, à travailler ensemble. Nous avons désiré faire rencontrer ces deux mondes musicaux qui créent une géographie particulière pour inspirer les mouvements des danseurs.

Parfois nous sommes emportés par une rythmique qui nous propulse vers un choix de mouvement dans lequel nous nous sentons en liberté, de la même façon parfois la musique nous incite à l’enfermement et au repli sur nous. De ces paradoxes, de ces intensités naît une série de gestes, comme des principes de mouvements autoritaires, telle la mise en place d’une nouvelle dictature qui nous sépare. Nous essayons immédiatement de la dépasser. Parfois nos corps ballotés, manipulés, telles des marionnettes déplacées sous contrôle sont propagés par cette énergie qui soude, rassemble, unifie.

Le printemps a encore du mal à se faire une place parmi nous. Ce sont davantage les tornades, les averses et les pluies diluviennes qui nous emportent et nous ravagent. Le printemps cherche encore son visage, son corps, et ses nouveaux alliés.
Quelle image, quel visage pourrait-il avoir ? Quelle place trouvera-t-il dans ce climat bouleversé, ces intempéries sans cesse renouvelées ?

Libérons le printemps ! 

distribution

Conception, Chorégraphie Aïcha M’Barek & Hafiz Dhaou

Interprètes Stéphanie Pignon, Johanna Mandonnet, Aïcha M’Barek, Amala Dianor, Rolando Rocha, Mohamed Toukabri, Hafiz Dhaou

Création musicale Éric Aldéa & Ivan Chiossone avec la participation de Sonia M’Barek

Illustration Dominique Simon

Création lumière Xavier Lazarini

Régie lumière Sandrine Faure

Régie son Christophe Zurfluh

Poème Horrya – Liberté
Auteur Khaled Waghlani
Composition, voix Sonia M’Barek

Constructeur Bernard Ledey

Durée 60 minutes

production / coproduction

Production CHATHA

Coproductions Maison de la Danse, Lyon / Bonlieu Scène nationale d’Annecy / Théâtre de Macon, Scène nationale / Centre de développement chorégraphique Les Hivernales, Avignon / Théâtre Louis Aragon- Scène conventionnée danse, Tremblay-en-France / la Grande Halle de La Villette, Paris / Centre dramatique national de Haute Normandie, Petit-Quevilly-Rouen-Mont-Saint-Aignan, Accueil studio Centre chorégraphique national de Caen-Basse-Normandie / Moussem Nomadish KunstenCentrum, Anvers (Belgique) / Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne / Cie Käfig / Conservatoire Riadh El Fehri Tunis (Tunisie) / Cie Propos Soutien Institut Français Tunisie / Toboggan, Décines Avec le soutien de l’Adami, société des artistes et interprètes. Soutien Institut Français Tunisie / Toboggan, Décines Avec le soutien de l’Adami, société des artistes et interprètes.

Aicha M’Barek & Hafiz Dhaou étaient artistes associés à la Maison de la Danse de Lyon.